Bonjour tout le monde !

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Où l’on fait le point un mois

…Après le début des travaux de démolition. Les volumes de la réception et du sous-sol ont été décloisonnés et il manque un mur à mon bureau… Je n’ai pas eu le droit d’accéder aux étages.

——————————
Cet e-mail a été envoyé depuis un téléphone i-mode. Pour en savoir plus : http://www.imode.fr, rubrique E-mail


Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Où l’on se souvient de Neko

  20/01/99

17/07/01

 

09/08/08

Koneko Shion  “Neko”

子猫 シオン 「ネコ」

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Où l’on raconte son voyage au Japon (VI)

Le 21 mai

Contrairement à la veille au matin, où il pleuvait beaucoup, le soleil était présent dès notre lever. Nous avons préparé nos affaires, pris un bon bain, puis nous avons quitté l’auberge, un peu à regret car nous y étions si bien!

Le quartier était tranquille, pas trop loin du métro, et dans un bâtiment des plus agréables. Après environ 30 minutes de marche à pied en se fiant pas mal à notre sens de l’orientation (car peu de rues porte nt des noms au Japon), nous sommes arrivés à l’hôtel Edoya.

Pendant notre attente (environ 10 minutes) pour avoir la chambre, nous avons découvert une jolie salle pour la cérémonie du thé. Quand nous sommes arrivés dans la chambre, bien sûr nous n’avions pas de petit jardin, mais la chambre traditionnelle est conçue comme un petit appartement. Nous avons aussi constaté avec plaisir que nous pourrons aussi nous adonner aux délices d’un bain japonais : la salle de bains est prévue pour se laver à l’extérieur de la  baignoire et prendre ensuite son bain

 

.     

Le bain japonais est plus qu’une nécessité hygiénique. C’est un vrai soin du corps et de l’esprit. Se détendre dans un bon bain chaud qui relaxe et détend les muscles après une dure journée est un vrai régal, voire même une nécessité.

Après avoir pris possession de la chambre, nous nous sommes mis en route vers Akihabara. Ce quartier est le paradis de l’électronique : jeux, ordinateurs, télévisions, appareils photos, baladeurs mp3… Kuril n’en croyait pas ses yeux. Je crois que pour lui, c’est beaucoup ça le Japon, le paradis de la technologie. Et pas que pour lui 🙂

Nous avons visité quelques magasins où Cyril a fait quelques emplettes, ainsi qu’un magasin consacré sur plusieurs étages aux mangas. Quand on voit la quantité de publications, ce qui sort en France n’est qu’une petite partie! Les magasins d’Akihabara sont une série de Fnac beaucoup mieux approvisionnés au risque de paraître fouillis. Il y en a un tous les 10 mètres!

 

Nous avons continué à marcher sous un beau soleil. Kuril avait besoin de retirer de l’argent, et il lui a fallu faire 4 ou 5 banques avant d’en trouver une qui acceptait les cartes internationales : c’est aussi ça le Japon, un pays toujours un peu replié sur lui. Je le voyais commencer à avoir peur de pas du tout pouvoir retirer d’argent, et comme prévu ça a fonctionné à la Poste.

Ah, j’oubliais le repas du midi : un restau de ramen, nouilles en bouillon délicieux, près des magasins d’Akihabara, sous le pont du métro. Ca ne paie pas de mine, mais pour pas grand chose nous avons été rassasiés!

Nous avons atteint le parc du Palais Impérial, dans un quartier cerné de grands buildings et de sièges d’entreprises. On ne peut pas voir le Palais, son accès est possible uniquement le 2 janvier et à l’anniversaire de l’Empereur. Il n’y a pas grand chose à voir, mais c’est une promenade agréable pour qui n’a pas mal aux pieds à force de marcher à longueur de journée!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Où l’on raconte son voyage au Japon (V)

(Le 20 mai)

Après le parc de Ueno, nous sommes allés à Asakusa voir l’arcade de Nakamise Dori, juste en dessous de cette arcade est suspendue une lanterne géante d’environ 4-5 mètres de hauteur. Une fois passés sous l’arcade, nous arrivons sur une longue rue commerçante avec de nombreuses boutiques de souvenirs et autres objets tels que kimonos, sabres, etc… Au bout de cette rue nous passons par la porte Hazo-mon qui mène au temple Asakusa Kannon. Malheureusement, il est tard, l’accès au temple est déjà fermé. Nous continuons à faire un tour dans le quartier, prenons quelques photos de la pagode d’Asakusa et du sanctuaire.

 

Après cette visite d’Asakusa, nous nous dirigeons vers la rivière Sumida afin de prendre un bateau pour descendre jusqu’au centre de Tokyo. Mais il n’y a plus de bateaux, tant pis ce sera pour une prochaine fois. Nous longeons en partie la rivière et tombons nez à nez avec l’Immeuble de la Flamme d’Or conçu par Philippe Starck. Ensuite, une dernière petite virée dans Tokyo à Ginza (l’équivalent des Champs Elysées à Paris) où j’ai fait quelques folies à Uniqlo, me suis acheté 4 T shirts pour la modique somme de 4800Y soit environ 30€. Qui a dit que la vie était chère au Japon? Nous avons pris quelques photos de la rue marchande illuminée avec les différentes enseignes ainsi que les écrans qui font défiler toutes sortes de pubs avec du son. Ca, ça m’a fait davantage penser à (la 5e avenue?) New York.

Enfin, sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés à une épicerie pour acheter de quoi dîner. Nous avons pris des plats tout prêts que le caissier nous a gentiment fait chauffer. Arrivés à l’auberge, il n’y avait plus qu’à déballer nos bentos et à passer à table, c’est comme si on rentrait de chez le traiteur…

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Où elles se sont suivies de peu

津波とポラリス「ミミ」

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Où l’on se prend à rêver

Parfois le hasard vous tire la langue…
Le Mercure de Sapporo qui ouvre en juin recherche du personnel…
Du personnel qui parle au moins un peu japonais bien sûr…
Ca pourrait être comme un rêve… Un rêve que je n’ai pas pu vivre à l’époque et qui me fait signe aujourd’hui…
C’est curieux que la ville soit la même… C’est bien là que se trouve l’ironie…
Ca fait comme un pincement au coeur…
Et finalement après presque 5 ans, la situation est inversée…
A l’époque je n’avais rien qui me permettait de prétendre à un emploi là bas et mon immigration aurait été limitée à un visa de touriste. Et maintenant?
 
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Où ca y est

——————————
Cet e-mail a été envoyé depuis un téléphone i-mode. Pour en savoir plus : http://www.imode.fr, rubrique E-mail
Publié dans Non classé | 1 commentaire

Où ce soir c’est crèpes!

——————————
Cet e-mail a été envoyé depuis un téléphone i-mode. Pour en savoir plus : http://www.imode.fr, rubrique E-mail
Publié dans Non classé | 1 commentaire

Où l’on raconte son voyage au Japon (IV)

Le 20/05

Pour notre deuxième jour, après une bonne nuit de sommeil, je me réveille à 7h à cause de l’orage, mais apparemment ça n’avait pas l’air de déranger Elutheon. Le petit déjeuner nous a été servi à 8h en chambre, il était constitué de riz, d’une sorte de salade de pâtes et légumes, du lotus, une prune, un miso, des quartiers d’orange, et sans oublier le thé vert. Personnellement, j’étais pas trop fan du lotus, par contre  Geoff a tout mangé. 

Après ce copieux petit déj, nous avons commencé la journée par aller à l’université de Tokyo situé e juste à côté de l’auberge, l’entrée était typiquement japonaise, composée d’un toit avec les arêtes recourbées. Ensuite nous sommes allés au sanctuaire de Nezu, c’était magnifique, l’entrée était gigantesque et certains chemins étaient ornés de torii oranges avec des inscriptions noires. Les torii étaient alignés les uns à la suite des autres, ça faisait une impression bizarre. Puis nous sommes allés tranquillement à la gare de Nippori en nous arrêtant à quelques temples.

 

 

Nezu respirait le calme, nous étions loin de l’ambiance du matin.

Nous étions allés à Ikebukuro, au grand magasin Seibu. Comme nous avions parlé la veille de cuisine avec les Môgi, au restaurant, ils avaient conseillé à Kuril d’aller dans un grand magasin. Autant aller au plus grand de Tokyo, le Seibu à Ikebukuro.

Au sous-sol des grands magasins, il y a toujours au moins un étage consacré à la nourriture. On peut acheter les ingrédients, ou bien acheter les plats tout prêts fabriqués sur place. Il y a surtout la possibilité de goûter à beaucoup de choses!

Ainsi, une marchande nous a fait goûter plein d’accompagnements en nous expliquant ce que c’était, comment on le fabriquait… Elle nous a recommandé d’aller à la boutique de Kyoto qu’elle représente ainsi que de visiter une arcade commerçante de produits traditionnels utilisés en cuisine.

Il y avait des quantités astronomiques de nourriture dans le magasin. Nous ne savions bientôt plus où donner de la tête ni quoi goûter. Nous avons cédé sur des dorayaki, gâteaux en sorte de génoise/pancake fourrés, un assortiment d’accompagnements, des inarizushi, un bentô… Le bentô, c’est le plateau repas traditionnel au Japon, plutôt pour le midi, il y en a des tas de sortes différentes. Dans les épiceries de quartier il y en a toujours beaucoup pour pas cher, que le magasin propose de réchauffer avant d’emporter.

Les gens pensent que la vie est chère au Japon, mais soyons réalistes : même au restau, on mange bien (c’est à dire bon et en bonne quantité!) pour pas cher. On trouve des bentô dans les magasins pour 500 yens voire moins, c’est à dire actuellement 3,75€ (note au 18/01/09 : 500Y = 4,15€) . Ce sont des repas complets dont on se dit à la fin qu’on ne peut plus manger après. Allez trouver ça en France!

Après avoir visité le sanctuaire de Nezu et les quelques temples sur le chemin de la gare de Nippori, nous sommes retournés à Ueno faire un tour dans le parc.

 

Il y avait plein de grandes mares recouvertes de lotus et de roseaux. On s’est fait attaquer par des nuages de petites bêtes jaunes et on s’est fait bouffer les jambes par les moustiques, il faut dire que l’air était très humide à cause de la pluie tropicale que l’on a eue le matin.

Comme c’était la fin de la journée, nous n’avons malheureusement pas pu avoir accès au zoo de Ueno, puis nous avons aussi appris une triste nouvelle, le panda Lin Lin qui était abrité au zoo est mort le 30 avril dernier… A l’entrée du zoo on pouvait voir une boutique de souvenirs dans laquelle on pouvait acheter de nombreux objets à l’effigie de Lin lin, dont des petits gâteaux en forme de panda, fabriqués sur place, par une machine dont on pouvait admirer le fonctionnement depuis l’extérieur de la boutique. Il y avait toute une série de moules à gâteau alignés à la queue le leu disposés sur un circuit qui avançait lentement. Il y avait d’abord une première machine qui mettait une première couche de pâte à gâteau, une deuxième qui disposait sur cette pâte ce qui devait être sans doute un carré de chocolat, qui est recouvert ensuite par une deuxième couche de pâte. Après, le moule se referme pour être chauffé par la suite dans un four, tout en restant sur le circuit qui continue à avancer. Une fois cuits, les gâteaux sont refroidis puis saisis par des pinces (toujours une machine) pour être déposés sur un nouvel appareil qui va emballer les gâteaux qui vont directement être vendus encore chauds.

Nous sommes ensuite allés visiter le temple de Kiyomizu-dô, l’accès s’effectue par un long chemin bordé d’une trentaine de lanternes en pierre, celles-ci sont allumées uniquement lors des cérémonies religieuses. Nous avons pu y voir la flamme de la paix d’Hiroshima. La légende dit qu’un homme a récupéré cette flamme sur les ruines de la maison de son oncle, mort sans doute pendant l’explosion de la bombe A. Au début, cette flamme a été gardée en souvenir comme un symbole de la vengeance du neveu, et avec le temps, le sens de ce symbole a changé, elle représente la paix ainsi que la lutte contre l’utilisation des armes atomiques.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire